C’est l’histoire d’un Russe

Si j’écrivais mon troisième bouquin des blagues russes, j’aurais appelé ce feuillet «C’est l’histoire d’un Russe… qui a laissé au Destin la tache dissolue de mener, à travers vents et marées, la barque rafistolée de sa vie vers la terre promise qu’est devenue la France pour sa pomme».
Voici donc l’exposition relativement exhaustive (malgré une mémoire en faillite et pas mal de matériel perdu, mais sentimentalement essorée) de tout ce que lui est arrivé depuis que Le Destin l’a bifurqué vers l’Hexagone.
Par contre mon blog assez blablateur vous promet de ne plus parler de moi à la troisième personne, ne pas caser le Destin dans chaque phrase et mettre le moins possible de parenthèses.
Néanmoins, ça va être « Une Ode au Destin » (promis, juré que c’est l’avant dernière fois), de la part de son poisson rémora, de son esclave total, éternellement reconnaissant. Tout ça dans l’espoir qu’Il ne le lâchera pas pour au moins encore quelques années, histoire de frimer avec son fils dans un tournoi de beach volley.